A l’heure de l’interview…

… Carole et Karine, deux déserteuses

par Jérémy Felkowski

Amies de longue date, rencontrées sur les bancs de l’EFREI, Karine et Carole se lancent dans l’aventure du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc.

Pourquoi se lancer dans cette aventure en 2022 ?

Karine : Le rallye et ce challenge correspondent à mon état d’esprit. La perspective de relever ce défi avec une amie de trente ans, de m’accorder ce moment et de fêter nos cinquante ans comme il se doit est une motivation supplémentaire.
Au-delà, il nous donne un but à atteindre pour la réalisation d’un projet qui n’appartiendrait qu’à nous. C’est notre désertion.

Carole : C’est comme si une petite lumière s’était allumée. En deux jours, c’est devenu une évidence, nous devions y participer. Je crois également que le contexte sanitaire actuel avec son lot de contraintes m’a encore plus incitée à me lancer dans un challenge sportif porteur de belles valeurs.

Quel est votre objectif principal dans ce rallye ?

Karine : Mon objectif est de vivre une expérience solidaire et hors du commun avec Carole, et de partager cette aventure avec d’autres femmes avec le même état d’esprit. Sans exclure la difficulté d’un tel challenge sportif, je vois cette participation à ce Rallye comme une fête, une belle aventure.

Carole : Je veux aller au bout de ce rallye et relever ce défi ! Et, au-delà, montrer qu’un tel parcours en voiture est accessible même à des personnes qui partent sans expérience : nous n’avons pas de formation de pilote, n’avons jamais conduit dans le désert. Nous n’avons jamais monté de partenariats, en résumé, nous partons de zéro pour construire ce projet, et le réussir !

Sur quelles valeurs vous appuyez-vous pour porter ce projet ?

Karine : L’amitié, l’audace et la solidarité. Amitié pour la référence à ces quelques 30 dernières années…
Audace pour le «challenge» et Solidarité pour faire partie d’une toute nouvelle famille, celle des gazelles qui se soutiennent tant dans les préparatifs que sur le rallye.

On peut aussi reprendre le terme de «Solidarité » pour les actions solidaires que met en place l’association Coeur de Gazelles auprès des populations locales et au travers de toutes les associations humanitaires, caritatives ou autres qui sont embarquées par chaque équipage de gazelles.

ça signifie quoi, à vos yeux, de se lancer dans un tel projet quand on est deux femmes approchant la cinquantaine ?

Karine : Le cap de la cinquantaine est un moment idéal pour s’accorder une belle parenthèse dans notre vie familiale et professionnelle. Et pour ma part, je vis ce cap comme une nouvelle quarantaine, je pars pour de nouvelles aventures tout en conservant l’attachement à ma vie de famille et ma vie professionnelle.

Carole : Mais de quoi parlez-vous ? La cinquantaine ? Lorsque nous étions étudiantes, Karine et moi évoquions le fait qu’un jour, nous entreprendrions quelque chose ensemble. Nous pensions monter notre boîte. Ce challenge sportif et humain est finalement un bon moyen de partager un objectif commun et de belles valeurs.

À l’orée de leurs cinquante ans, le défi est de taille et ces deux femmes sont bien déterminées à prouver que des amatrices peuvent surmonter les difficultés d’un tel périple en défendant des valeurs fortes. Ensemble, elles forment les déserteuses 5.0

LES CONTACTER

Carole et Karine acceptent avec grand plaisir d’échanger sur leur projet de rallye. Aussi, si vous voulez parler aventure sportive, prise de risques, 100% féminin, « mais qu’est-ce qui vous a pris ? », n’hésitez pas à les contacter.